Nissan Altima

Send to a friend

Send this article to a friend.

Nouvelle offensive

Michel Crépault

Parce que la catégorie des intermédiaires déborde de prétendantes au titre de numéro un, la nouvelle Altima n’a d’autres choix que de multiplier les faits d’armes.

    Par exemple, sa plus faible consommation de carburant sur l’autoroute a été estimée par le constructeur à 5 litres aux 100 km, ce qui en ferait de loin la plus frugale du créneau (en excluant de la comparaison les modèles hybrides) et même la moins gloutonne de toutes les Nissan, exception faite de la Leaf.

     En même temps, et paradoxalement, l’accélération de 0 à 100 km/h chronométrée en quelque six secondes est aussi la meilleure du segment.

    Nissan est parvenu à ces résultats sans modifier outrageusement les deux moteurs proposés ou sans avoir recours aux dernières trouvailles, telles l’injection directe ou la technologie stop-start.

 

    En fait, le 4-cylindres 2,5L se retrouve dans bon nombre d’autres produits Nissan (Rogue, Frontier, Sentra, etc.). Pour l’Altima 2013, les ingénieurs se sont contentés de lui accorder sept chevaux supplémentaires, entraînant sa puissance à 182 CV.

    Par ailleurs, le V6 3,5L est également archi connu (Maxima, Murano, Quest, etc.) et nous revient inchangé dans l’Altima avec ses 270 CV.

    Si Nissan s’était contenté de raffiner ces engins, elle n’aurait pas obtenu la consommation et l’accélération constatées. En fait, ces dernières doivent aussi remercier d’autres facteurs, comme la perte de poids (32 kg), l’excellent aérodynamisme de 0,29 de la coque (toujours aussi svelte et plutôt similaire à l’ancienne), de même que l’adoption d’une direction électrohydraulique.

 

Mais c’est à la transmission CVT Xtronic que revient la plus grande part de mérites.

    La transmission manuelle a disparu du catalogue au profit de cette boîte à variation continue qui a été introduite dans la précédente génération. Elle a néanmoins bénéficié d’améliorations (tel un mécanisme plus fluide). Elle comporte même un mode Sport (sur les versions V6) qui procure une exécution plus vive. Même le son du moteur devient plus mélodieux ! La version SV pousse la délicatesse jusqu’à greffer des palettes au volant pour que le conducteur en mal de sensations sportives puisse simuler le changement manuel de sept rapports.

    À la suspension indépendante, Nissan a incorporé un dispositif baptisé Active Understeer Control (contrôle actif du sous-virage). Gross modo, il améliore le guidage du véhicule dans un virage négocié agressivement en freinant la roue avant située à l’intérieur de la courbe. L’effet désiré s’avère une trajectoire mieux soutenue.

 

Un habitacle repensé

À l’intérieur de la nouvelle Altima, on remarque le nouvel écran de 4 po glissé entre l’indicateur de vitesse et le compte-tours, exactement devant le conducteur afin de ne pas l’obliger à quitter complètement la route des yeux.

    On retrouve dans cet écran, entre autres informations, celles qui concernent la pression d’air des pneus. Or, Nissan a cru bon de pousser plus loin le coup de main. En effet, quand vous devez procéder au gonflage d’un pneu, les feux de détresse de l’auto clignotent tout le temps que dure l’opération. Et quand la pression recommandée par le constructeur est atteinte, un coup de klaxon retentit ! Avouez qu’on n’arrête pas le progrès…

    Toutes les Altima viennent de série avec le système NissanConnect qui assure une téléphonie mains libres. En cochant les bonnes options ou versions, vous rehaussez le dispositif. Par exemple, il peut lire les messages texte entrants (et vous pouvez répondre en utilisant l’une des quatre réponses programmées (comme « Ok » et « Je suis en retard ») ou la réplique que vous aurez vous-même concoctée.

    N’oublions pas les sièges avant « zéro gravité ». Ce qui peut passer pour une « gimmick » est en fait basé sur des résultats obtenus par la NASA, rien de moins. Ses gens ont noté la posture idéale qu’adoptait le dos des astronautes quand ils évoluent dans l’espace en état d’apesanteur. C’est cette courbure parfaite que tente de mimer Nissan avec un siège dont les points de pression neutraliseraient la fatigue qu’induit les longs trajets…

    Dernière gâterie digne de mention. Vous connaissez tous les détecteurs suivants : celui qui prévient quand un véhicule se glisse dans votre angle mort, celui qui nous avertit d’une sortie de voie involontaire et celui qui détecte les obstacles. Pour la première fois dans ce segment, l’Altima combine ces gadgets en seul trio disponible avec l’ensemble Technologie (1 100$).

    En tout, Nissan offrira six versions de la berline Altima 2013, soit quatre bâties autour du 2,5L et deux pour le 3,5L.

    Le coupé et l’hybride ? Le premier sera toujours offert en 2013 mais sans changement par rapport à 2012 et sans savoir ce qu’il deviendra à moyen terme. Il se trouve que les coupés ne sont pas si populaires que ça chez les acheteurs d’intermédiaires.

 

    Quant à l’hybride, Nissan confirme qu’une nouvelle mouture est à l’étude sans pour autant avancer une date de lancement. On sait que Nissan s’est récemment détournée du système Toyota qu’elle utilisait pour sa précédente version hybride et on présume qu’elle travaille sur sa propre technologie. Le contraire serait surprenant compte tenu de l’expertise « verte » sans cesse croissante du groupe Renault-Nissan.

    La berline Altima de 5e génération sera mise en vente au Canada au début du mois d’août. À un prix de départ de 23 698$, sa fourchette de prix annonce déjà une baisse de 1 600$ par rapport au modèle de base 2012.

    Une autre manière pour Nissan de mener la vie dure à toutes les Camry, Fusion, Accord, Optima, Sonata et alouette qui prétendent elles aussi au titre de l’intermédiaire la plus populaire !

 

Forces

-    Moteurs éprouvés

-    Consommation intéressante (2,5L)

-    Équipement luxueux

 

Faiblesses

-    Évolution prudente du design

-    La manie allemande : versions et options

-    Absence d’injection directe et de stop-start

-   

Fiche technique

Altima 2013

 

4-cyl. 2,5L 182 CV / V6 3,5L 270 CV

CVT Xtronic

Suspension indépendante / disques

0-100 km/h : 7,2 s (2,5L) / 6,2 s (V6)

Consommation autoroute : 5,0L /100 km (2,5L)

Prix : 23 698$ à 32 598$

 

-30-

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Thanks for voting!

Top of page

Comments

Comments