Revue de presse du 10 août

Send to a friend

Send this article to a friend.

Spyker poursuit Saab pour 3 milliards de dollars

Le petit constructeur hollandais Spyker, ancien propriétaire de Saab a porté plainte aux États-Unis contre le géant General Motors pour avoir provoqué la faillite de son ancienne filiale Saab.

Les plaignants « demandent réparation pour les actions illégales que General Motors a entreprises pour éviter la compétition avec Saab dans le marché chinois », a déclaré Spyker dans un communiqué, ajoutant que ces actions « avaient pour but direct et intentionnel de provoquer la faillite de Saab Automobile ».

« La valeur monétaire de la plainte s'élève à 3 milliards de dollars », a souligné le groupe néerlandais. L'ancien propriétaire de Saab, Victor Muller, qui a perdu beaucoup d'argent dans l'aventure, semble avoir flairé la bonne affaire : Saab étant en redressement judiciaire, et donc incapable de contribuer aux frais de justice, Spyker va supporter les coûts du litige, « en échange d'une part substantielle des réparations (90 %) que touchera Saab lorsque les procédures seront couronnées de succès », a précisé Spyker. « Nous pensons que nous devrons dépenser entre 1 et 2 millions de dollars pour la procédure, et nous n'investirions pas autant d'argent et autant de temps si nous ne pensions pas que nous avons un dossier et des arguments très sérieux », a ajouté Victor Muller, le directeur général du groupe néerlandais.

La reprise de Saab par des partenaires chinois avait buté quand General Motors s'était opposé au transfert de brevets qu'il détient toujours pour certains modèles. GM a dit hier qu'il allait examiner la plainte et y répondre en temps utile.

Les premières photos de la nouvelle Honda Accord

Commercialisée en 2008, la neuvième et actuelle génération de Honda Accord américaine n'a pas marqué par son avant-gardisme stylistique. Normal, ses concurrentes ne font pas plus osé sur un marché crucial et donc très risqué. Mais Honda doit sortir de son immobilisme si elle veut aller de l’avant.

Le constructeur l'avait prédit au Salon de Détroit par deux concepts, un restylage allait débarquer. "Cette Accord est la plus sculptée et la plus dynamique jamais élaborée", déclare Vicki Poponi, du plan produits Honda Amérique du Nord. La calandre s'étend, les optiques sont plus prononcées, les flancs plus en relief, les poupes dynamisées. Honda n'a pas hésité à changer intégralement certaines parties de la carrosserie.

 

 

Dimensions modifiées

 

La base est identique, un restylage ne peut modifier totalement une voiture. Mais Honda a fait son possible pour augmenter l'espace à bord, et même un coffre plus important selon le japonais, tout en réduisant les côtes extérieures. L'habitacle serait aussi "plus sophistiqué", la banquette arrière offrant un "excellent niveau de visibilité".  Bref à la manière Honda, c’est à dire un pas à la fois, la firme Niponne fait lentement progressé l’Accord.

Lexus vise à construire des voitures aux Etats-Unis

Pour l’heure, c’est bien simple : hormis la production du RX à l’Usine de Cambridge, en Ontario, toute la production de la marque Lexus se déroule sur l’archipel japonais. Une donnée factuelle et concrète qui pourrait évoluer dans les prochains mois ou années à venir. Et cette possibilité n’a pas été évoquée par n’importe qui mais envisagée par Jim Lentz soit le CEO et directeur des ventes de Toyota pour les États-Unis. Lexus, comme les autres constructeurs japonais, se retrouve actuellement touché par un yen fort qui pénalise les exportations. Avec une parité défavorable entre le yen et le dollar, quelle solution pour compenser ? Et c’est là que surgit le CEO de Toyota aux USA.

Selon Jim Lentz qui se confiait au magazine Automotive News, cette donnée pourrait pousser la marque à délocaliser une partie de la production du Japon sur le sol américain. Serait alors concernée une partie de la production de la berline ES, le modèle le plus vendu par la marque aux USA avec le crossover RX. Nul doute que l’évolution de la parité entre les monnaies sera suivie avec attention. Le Canada qui possède déjà une usine doit lui aussi suivre de proche cette possible démobilisation qui pourrait être favorable au Canada.

General Motors investit dans l’acier léger

La réduction du poids des véhicules est un enjeu majeur pour la conception des nouveaux modèles. Dans ce cadre-là, GM annonce investir dans NanoSteel, une société qui a développé un acier nano-structuré permettant d’accroître la rigidité des composants tout en réduisant l’épaisseur, donc le poids.

L’acier n’a pas dit son dernier mot. Toujours dans l’optique de réduire le poids de leurs véhicules, les constructeurs utilisent assez régulièrement l’aluminium, voire la fibre de carbone. Ces matériaux sont certes très performants, mais aussi coûteux. Leur utilisation pourrait donc être limitée aux berlines des segments supérieurs. Les fabricants préfèrent ainsi utiliser des nuances d’acier aux capacités améliorées qui restent plus compétitives en terme de prix (aciers à haute, très haute et ultra haute limite élastique – HLE, THLE, UHLE) et plus facile à mettre en oeuvre.

Le châssis d’une berline du segment C (Golf, Cruze, Corolla) comporte environ 30% d’acier. Toutefois, leur coût de production encore élevé limite encore leur utilisation de manière plus intensive: les composants faits d’acier UHLE sont emboutis à chaud, ce qui engendre une consommation d’énergie supplémentaire et un temps de production plus élevé. De part sa structure particulière s’appuyant sur la nanotechnologie, l’acier proposé par NanoSteel peut être formé à froid, promesse d’une mise en oeuvre plus simple et d’un gain de temps sur la ligne de production. D’autre part, la résistance de cet acier peut atteindre le double d’une acier ordinaire. Ces 2 caractéristiques (emboutissage à froid, meilleure résistance) vont permettre de réduire les épaisseurs (gain de poids) tout en conservant les mêmes capacités d’absorption et de déformation (sécurité en cas d’accident). Cet acier est aussi compatible avec les techniques de soudures actuelles, il ne nécessite donc pas de nouvel investissement pour les usines.

Les alliages d’acier nano-structuré de NanoSteel offrent des caractéristiques uniques sur le marché actuellement. C’est donc un acteur susceptible de changer la donne à court terme. »

Promenez votre voiture, elle pollue moins que votre chien !

Je sais tout de suite que certains vont croire que ce sujet, certes un peu polémique, n’est que l’œuvre d’un passionné d’automobiles. Et pourtant, c’est le résultat d’une étude très sérieuse de deux chercheurs de l’université de Victoria.

Pendant plus de deux ans, ces deux scientifiques se sont appliqués à créer un modèle pour comparer l’empreinte carbone d’un animal de compagnie à celui d’un gros SUV type Toyota Sequoia.

Le résultat de leur étude (publiée au New Scientist) pourrait désormais vous faire préférer les grosses voitures à votre toutou si vous avez l’âme d’un écologiste. Les chercheurs matérialisent la surface nécessaire pour faire fonctionner ou faire vivre tout ce qui se trouve sur la planète. Quand le 4x4 représente une surface 0,41 hectares par an (pour 10 000 kms annuels et en intégrant le coût de sa construction), votre chien représente 0,84 hectares. Et oui, notre plus fidèle compagnon a des besoins. De son alimentation (qu’il faut produire et acheminer à une grande surface qu’il faut chauffer) à ses soins vétérinaires ou de toilettage, le chien a des besoins énormes et son empreinte carbone n’est pas négligeable.

Aussi étonnante soit-elle, bien que la méthode de calcul est confirmée par une autre étude du Stockholm Environnent Institute, cette enquête nous permet d’ouvrir les yeux sur les vrais pollueurs de la planète qui ne sont pas cités ici. Souvent pointée du doigt, l’automobile n’est que la partie visible de l’iceberg…

L’étude fournit d’autres comparaisons : un chat est par exemple moins polluant qu’un chien. Son empreinte carbone annuelle est comparable à celle d'une voiture moyenne comme une Volkswagen Golf. Un hamster est comparable à la pollution d’un écran plasma et celle d'un poisson rouge, de l'ordre de deux téléphones portables.

-30-

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l'Annuel de l'automobile 2013 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Thanks for voting!

Top of page

Comments

Comments

Recent comments

  • josé
    August 21, 2012 - 18:12

    Spyker poursuit Saab plutôt bizarre comme titre. Merci de vérifier ce que vous écrivez le titre devrait être Spyker poursuit GM et non Saab.