Harper en guerre contre les Indiens

Send to a friend

Send this article to a friend.

Il refuse de rencontrer les leaders autochtones

Harper en guerre contre les Indiens

C'est mal parti. Le torchon brûle entre le premier ministre et les autochtones canadiens. Et ça pourrait tourner encore plus mal.

Ça remonte à l'hiver dernier quand Harper a laissé vivre au froid des dizaines de familles Cris de la réserve d'Attawapiskat à la Baie James.

Certaines familles vivaient dans des maisons de carton.

Le mois dernier un groupe de chefs autochtones en réunion à Gatineau ont traversé la Rivières des Outaouais pour se rendre au parlement avec l'intention d'obliger Harper à les écouter sur le parquet de la Chambre des communes.

Heureusement deux gardiens de sécurité avec une tête sur les épaules leur ont dit de se prendre autrement. Mais depuis ce temps-là Harper refuse de rencontre les leaders autochtones pour négocier d'égal à égal.

La cheffe Theresa Spence d'Attawapiskat a entrepris une grève de la faim pour obliger Harper à lui parler. Il refuse toujours. Sa grève a dépassé le 23ième jour cette semaine. C'est la plus longue grève de la faim dans l'histoire canadienne.

L'année dernière Harper l'avait accusé Spence d'avoir gaspillé 89 millions de dollars du gouvernement. Ce n'était pas vrai.

Plus de la moitié, une somme de 50 millions $, était allé à des ministères du gouvernement Harper. Harper avait nommé un blanc, Jacques Marion, à 12 000 $ par mois pour gérer la réserve à la place de Spence et le conseil autochtones. La réserve a dû payer le salaire de Marion.

Plutôt que de faire la paix avec les autochtones, les conservateurs sont passés à l'attaque cet hiver. Ils ont mobilisé une armée de blogueurs conservateurs de toutes les âges et de toutes les régions du pays pour inonder les journaux avec des lettres au rédacteur, les lignes ouvertes de la radio, Facebook et Twitter et bien d'autres les médias sociaux, pour dénoncer les Première Nations autochtones avec le même venin qu'on a connu l'année dernière.

Une de leurs cibles préférée est toujours la cheffe Spencer qu'ils encouragent à continuer sa grève de la faim afin de perdre du poids.

Sun TV, le poste torontois à saveur conservatrice de Pierre-Karl Péladeau, est rentré dans le jeu avec une campagne de salissage contre Spence et les autres leaders autochtones.

La guerre aux indiens de Harper pourrait bien continuer sans répit tout l'hiver et jusqu'au printemps sans fin. Ça pourrait facilement finir comme un autre Oka.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Thanks for voting!

Top of page

Comments

Comments